La gestion des risques professionnels est notre coeur de métier. Depuis plusieurs années, nous maintenons que la prévention est la solution la plus efficace pour faire face aux situations de risque en ce qu’ils peuvent être anticipés et recevoir des solutions adaptées, malgré l’incertitude des événements auxquels un service public peut être confronté.

C’est normalement le rôle d’un plan de continuité performant.

Pourtant, la gestion de l’Etat reste souvent celle de l’urgence, sans véritable prévention, sans anticipation et sans moyens dédiés pour assurer la sécurité des personnels mais aussi la continuité de service. A ce sujet, les impacts d’une crise majeure comme celle du Covid-19 peuvent être dévastatrices, comme nous avons pu le constater sur le fonctionnement de la Justice ou de l‘Hôpital public.

Et pourtant, les alertes sont très anciennes à ce sujet. Est-ce que les choses vont changer? C’est bien là toute la question et la réponse devient très urgente, elle aussi.

Nous avons décidé de consacrer un dossier spécial à la gestion et à la prévention du risque face à la crise sanitaire que nous traversons. En particulier, nous analyserons les deux décisions rendues par le tribunal judiciaire de Paris le 9 avril 2020 à propos de LA POSTE et celle rendue par la Cour d’appel de VERSAILLES le 24 avril 2020 concernant la société AMAZON.

Ces deux décisions rédigées de manière extrêmement pédagogique détaillent les obligations de sécurité et de prévention à la charge de l’employeur, qu’il soit public ou privé, en matière d’exposition au risque. Leurs enseignements sont très pertinents et peuvent être étendus à l’ensemble du champ de la prévention des risques, notamment psychosociaux. Il ne s’agit pas en effet d’imaginer que la crise que nous vivons actuellement nous fera oublier l’obligation générale de prévention qui est la méthode la plus efficace dont nous disposons dans l’arsenal juridique et managérial pour anticiper les risques et les surmonter.

Ces décisions permettent également d’imaginer la transposition de ces obligations dans le service public, notamment en matière d’Etat d’urgence où les disparités sur le temps de travail, la réquisition des personnels, l’exercice du droit de retrait et la sécurité en général posent des questions majeures sur l’équilibre à trouver entre l’intérêt de la nation, la protection de la santé collective et la protection de la sécurité et de la dignité des travailleurs publics.

Dans l’attente, nous vous invitons à une réflexion sur la gestion des risques par la lecture d’un article tiré de la revue BOOKS: « Peut-on hiérarchiser les risques? »: « Classer par ordre de probabilité ou de gravité les risques encourus par l’humanité est un exercice délicat. Les experts les plus chevronnés ne savent pas comment faire. »